Recule des bénéfices des investissements locatifs

Le marché locatif en France a poursuivi sa régression sur les 10 dernières années. Certaines villes sont plus touchées que d'autres par la baisse de rendements locatifs. Les détails.

L'immobilier : un placement refuge rentable

En France, l'immobilier est l'une des valeurs refuges qui permet d'obtenir rapidement un retour sur investissement. Dans ce secteur, la loi Scellier encourage les Français à investir dans les logements neufs consommant peu d'énergie. Grâce à ce dispositif, le propriétaire bénéficie d'une défiscalisation à hauteur de 13 % du cout du logement s'il parvient à faire louer son bien sur une période de 9 ans. Sur le marché immobilier, la plupart des Français se tournent plus souvent vers la location d'appartement ou de studio. Les petites surfaces relativement bien aménagées et bien placées sont par conséquent plus rentables. Toutefois, on a pu constater un recul de rendement sur les placements locatifs. Le taux est passé de 6 % en 2011 à 4 % en 2012 principalement dans les grandes villes.

L'évolution des investissements locatifs en France

Au regard des revenus moyens des Français, les propriétaires immobiliers ne peuvent se permettre d'exiger un loyer trop élevé. Or, les prix d'achat des logements ne cessent d'augmenter. Cela a un impact négatif sur les rendements locatifs. Depuis 1998, les prix des loyers n'ont progressé que de 2,6 % pour les biens anciens et de 1,2 % pour les logements neufs. Les propriétaires sont également handicapés par les taxes sur les loyers. S'ils perçoivent un revenu annuel brut supérieur à 15 000 euros sur ces derniers, ils doivent, non seulement s'acquitter des taxes foncières, mais également des cotisations sociales. Depuis 2012, celles-ci ont atteint 15,5 % du montant du revenu et pèsent de manière importante sur les bénéfices rapportés par les loyers.

Les rendements actuels du marché immobilier

Les propriétaires des logements en Île-de-France ont le plus souffert de la baisse de rendement des investissements locatifs. En 1999, les rendements locatifs bruts variaient entre 10,4 % et 5,8 % dans les départements de la région parisienne. En 2009, ils sont descendus à 5,6 % et même à 3,8 % à Paris. Par ailleurs, la demande locative a également reculé, réduisant une nouvelle fois le rendement locatif. En province, ils ont été maintenus à des taux intéressants. Toujours en 2009, les taux les plus élevés atteignaient encore 7,5 % tandis que les investissements les moins rentables avoisinaient 4,7 %. Depuis 2009, la vente de biens immobiliers s'est révélée être l'opération la plus rentable dans la capitale française, le prix de la pierre ayant fortement augmenté.

Portrait de Didier Ninauve

Ajouter un commentaire

Filtered HTML

  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Allowed HTML tags: <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Lines and paragraphs break automatically.

Plain text

  • No HTML tags allowed.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.

Vous vendez ou louez un bien immobilier ?

Quels sont vos diagnostics obligatoires